Posts | Comments

Planet Arduino

Archive for the ‘USB’ Category

[Corey Harding] designed his business card as a USB-connectable demonstration of his skill. If potential manager inserts the card in a USB drive, open a text editor, then touches the copper pad on the PCB, [Corey]’s contact info pops up in the text box.

In addition to working as a business card, the PCB also works as a Tiny 85 development board, with a prototyping area for adding sensors and other components, and with additional capabilities broken out: you can add an LED, and there’s also room for a 1K resistor, a reset button, or break out the USB’s 5V for other uses. There’s an AVR ISP breakout for reflashing the chip.

Coolly, [Corey] intended for the card to be an Open Source resource for other people to make their own cards, and he’s providing the Fritzing files for the PCB. Fritzing is a great program for beginning and experienced hardware hackers to lay out quick and dirty circuits, make wiring diagrams, and even export PCB designs for fabrication. You can download [Corey]’s files from his GitHub repository.

For another business card project check out this full color business card we published last month.


Filed under: Arduino Hacks

Infinity mirrors are some far-out table mods and make a great centerpiece. Instructables user [bongoboy23] took a couple steps beyond infinity when designing this incredible table tailor-made for our modern age.

Poplar and pine wood make up the framing, and red oak — stained and engraved — make for a chic exterior. Programmed with Arduino and run on a Teensy 3.1, the tabletop has 960 LEDs in forty sections. There are, four USB ports hidden behind sliding panels, as well as a two-port AC outlet and an inductive charging pad and circuit.  A hidden Adafruit TFT touchscreen display allows the user to control the table’s functions. Control is limited to changing lighting functions, but Pac-Man, Snake, and text features are still to come!

Weighing in at $850, it’s not a cheap build, but it looks amazing.

This is one of the most extensive Instructables you may happen across, containing dozens of pictures, CAD files, diagrams, appendices, and a change log, with tips besides; if you want one just like this at home, you are in good hands, here. Or try an easier build, we won’t judge. However, maker beware — you may be stepping through a portal that’s difficult to return from.

[Thanks for the tip, JohnL!]


Filed under: Arduino Hacks, how-to, led hacks

[DastardlyLabs] saw a video about converting a PS/2 keyboard to Bluetooth and realized he didn’t have any PS/2 keyboards anymore. So he pulled the same trick with a USB keyboard. Along the way, he made three videos explaining how it all works.

The project uses a stock DuinoFun USB mini host shield with a modification to allow it to work on 5V. An Arduino mini pro provides the brains. A FT-232 USB to serial board is used to program the Arduino. A standard Bluetooth module has to have HID firmware installed. [Dastardly] makes a homemade daughterboard–er, shield–to connect it to the Arduino.

The result is a nice little sandwich with a USB plug, a Bluetooth antenna, and some pins for reprogramming if necessary. Resist the urge to solder the Bluetooth board in–since it talks on the same port as the Arduino uses for programming, you’ll have to remove it before uploading new code.

If you need help reprogramming the HC-05 Bluetooth module, we’ve covered that before. This project drew inspiration from [Evan’s] similar project for PS/2 keyboards.


Filed under: Arduino Hacks

There are a ton of applications that we use that can benefit from keyboard shortcuts, and we use ’em religiously. Indeed, there are some tasks that we do so often that they warrant their own physical button. And the only thing cooler than custom keyboards are custom keyboards that you’ve made yourself.

Which brings us to [Dan]’s four-button Cherry MX USB keypad. It’s not really all that much more than four keyswitch footprints and an AVR ATmega32u4, but that plus some software is all you really need. He programs the Arduino bootloader into the chip, and then he’s using the Arduino Leonardo keyboard libraries. Bam! Check out the video below.

We see this design much more as a demo or collection of building-blocks than necessarily a one-size-fits-all solution. You might need five buttons, or want a different layout, or… It’s all open-source, so go nuts. And you’re not limited to key-clicks either — mouse buttons or even multiple scripted actions are within easy reach.

Building a special-function USB keypad or gaming device used to be hard work. But today between hardware and software design availability, it’s child’s play. Whether you need a footboard, a single-handed chording keyboard, or even just to update an old typewriter, the ability to control the input device that we use for eight hours per day is liberating. Experiment!


Filed under: Arduino Hacks, peripherals hacks

Evil geniuses usually have the help of some anonymous henchmen or other accomplices, but for the rest of us these resources are usually out of reach. [Evan], on the other hand, is on his way to a helpful army of minions that will do his bidding: he recently built a USB-powered minion that turns a regular PS/2 mouse and keyboard into a Bluetooth mouse and keyboard.

[Evan] found his minion at a McDonald’s and took out essentially everything inside of it, using the minion as a case for all of the interesting bits. First he scavenged a PS/2 port from an old motherboard. An Arduino Nano is wired to an HC-05 Bluetooth chip to translate the signals from the PS/2 peripherals into Bluetooth. The HC-05 chip is a cheaper alternative to most other Bluetooth chips at around $3 vs. $40 for more traditional ones. The programming here is worth mentioning: [Evan] wrote a non-interrupt based and non-blocking PS/2 library for the Arduino that he open sourced which is the real jewel of this project.

Once all the wiring and programming is done [Evan] can turn essentially any old keyboard and mouse into something that’ll work on any modern device. He also put an NFC tag into the minion’s head so that all he has to do to connect the keyboard and mouse is to swipe his tablet or phone past the minion.

If you’re looking for an interesting case for your next project, this McDonald’s Minion toy seems to be pretty popular. PS/2 keyboards are apparently still everywhere, too, despite their obsolescence due to USB. But there are lots of other ways to get more use out of those, too.


Filed under: Arduino Hacks

OpenAlarm Node 1.5.0

Format de la carte

Comme je l'évoquais dans un article précédent, Seeedstudio qui produit les pcb, m'a demandé un surplus de 17$ à cause des demi-trous en bordure de la carte, vu le cout total de production des PCB (9$ pour 10), ça fait une belle surprise et de toute façon, je n'étais pas convaincu de l'utilité / praticité de ces demi-trous, j'ai donc résolu le problème en augmentant quelque peu la largeur de la carte qui passe de 16mm à 19mm, rien de bien méchant et surtout un gain appréciable en terme de place disponible sur le PCB.

Améliorations par rapport à la version 1.0.0 :

  • L'ouverture du port USB à été agrandie car ça coinçait un peu sur la première version.
  • Certains composants ont été déplacés pour faciliter le montage
  • Les broches de programmation ont été agrandis (voir plus bas)

Comparatif visuel et à l'échelle entre un Funky v3, un OpenAlarm Node 1.0.0 et un OpenAlarm Node 1.5.0 :
Comparatif Funky v3, OpenAlarm Node 1.0.0 et OpenAlarm Node 1.5.0

Comme vous le voyez, nous sommes un poil plus gros que la version 1.0.0 mais ça reste très petit comme le prouve cette photo :
Un OpenAlarm Node 1.5.0 dans la main

Vue de derrière :
Vue de derrière

Entrées / sorties

Avec la taille gagnée, j'en ai profité pour revoir le mappage des entrées / sorties, maintenant, elles sont placées dans l'ordre de chaque côté de la carte, toutes groupées par fonction.

On trouve dorénavant sur le côté gauche les 3 broches d'alimentations VIN (entrée de 3.3V à 7V), GND, VCC (entrée de 3V à 5V), 4 entrées / sorties génériques ayant chacune une interruption matérielle D0, D1, D2, D3.
Sur le côté droit, on trouve 2 entrées analogiques A0 et A1 et d'autres entrées / sorties génériques D6, D7, D8, D9 et D12 (D8 et D9 ayant également des interruptions matérielles).

Les entrées / sorties d'un OpenAlarm Node 1.5.0

Sur l'ancienne version des OpenAlarm Node et sur les Funky, il n'est pas possible d'utiliser le port physique I2C car la broche PD0 (SCL) est utilisé comme broche d'interruption pour dialoguer avec le module radio.
À cause d'un bug dans la librairie JeeNode de pilotage du module radio, il n'était pas possible d'utiliser une autre broche, le problème étant résolu, j'ai libéré PD0 afin de pouvoir utiliser le port I2C directement, et c'est PB7 (D11) qui est maintenant utilisé pour le dialogue avec le module radio.

Le PCB

Un des principes des OpenAlarm Node est de pouvoir utiliser des cartes filles que l'on vient superposer les unes sur les autres avec le même principe que les shields d'Arduino ou la spécification Hats pour les Raspberry.
Nous avons donc un PCB pour la carte mère et des PCB pour chaque carte fille mais comme évoqué précédemment, un critère important est le cout et faire fabriquer plusieurs PCB, c'est onéreux. La plus petite taille de PCB disponible chez Seeedstudio étant de 5cm x 5cm, il y a de la place perdue (le PCB de la carte mère fait 19mm x 21mm), j'ai donc ajouté 3 cartes filles directement sur le PCB original, il ne reste plus qu'à découper (un coup de cutter et on casse proprement l'époxy).

Pour le prix d'un PCB, on se retrouve avec 4 PCB dont 2 utilisables comme des platines d'essais et une autre intégrant un chargeur de batterie LiPo.
Le PCB de la version 1.5.0 d'OpenAlarm Node

Les cartes filles

Pour ce premier batch d'OpenAlarm Node 1.5.0, j'ai donc inclut directement 2 cartes filles d'essai et 1 autre carte fille d'essai avec un chargeur LiPo à base de Max1555 qui chargera automatiquement la batterie lorsque le Node sera branché sur USB, un voyant permettant de voir si la charge à bien lieu.

Un OpenAlarm Node avec une carte fille proto sur laquelle on aperçoit un capteur infrarouge :
Carte fille Lipo pour OpenAlarm Node

Un OpenAlarm Node avec une carte fille LiPo :
Carte fille proto pour OpenAlarm Node

Programmation

Programmation du bootloader

Comme évoqué plus haut, les contacts de programmation du bootloader étant un peu trop petit sur la première version, ils ont été agrandi afin d'en faciliter l'utilisation.

Pad de programmation d'un OpenAlarm Node 1.5.0

Sur la première version des OpenAlarm Node, je soudais directement des fils sur le port de programmation afin d'envoyer le bootloader, c'était long, source de problèmes mais surtout, franchement pas pratique, j'ai donc fabriqué un outils parfait pour cette tâche :

Que peut-on faire avec une pince à linge en Inox et des pogopins (des pointes de contacts) ?
pince-a-linge-inox.png pogopin.png

On fait une pince de programmation très pratique !
Pince de programmation DIY Pince de programmation DIY

Programmation par USB

Le bootloader n'a besoin d'être programmé qu'une seule fois, par la suite, le programme est chargé directement par USB, comme pour l'ancienne version du PCB, j'utilise un port USB un peu particulier puisque ce dernier est directement sur le PCB, je ne suis pas rentré en détail dessus dans mes derniers articles, voici quelques informations à ce sujet.

Pour commencer, pourquoi ne pas mettre un port physique microUSB ?

  • Ça prend de la place, c'est épais
  • Ce n'est pas forcément plus solide
  • C'est toujours ça de moins à souder
  • Ça coute moins cher
  • Parce qu'on peut le faire !

Pour cela, il faut que votre PCB fasse 0.8mm d'épaisseur au maximum, vous aurez également à limer chaque côté du bord d'insertion sinon, vous aurez de mauvaises surprises...
Limage du connecteur USB avant insertion OpenAlarm Node en cours de programmation usb_1.jpg

Je n'ai pas eu de souci avec ce genre de connecteur, sauf un limage un peu trop léger du PCB, qui, lors de l'insertion à plié les contacts internes du connecteurs de la prise USB et l'a donc rendu inutilisable mais le connecteur PCB n'a absolument rien eu : PCB=1 / USB=0 ;).
Je maltraite pas mal les connecteurs et aucun n'a rompu (alors que sur les Funky v3, j'ai un connecteur standard USB qui s'est arraché) et ne montre de signe de faiblesse donc je pense que c'est une solution parfaitement utilisable...

La suite

Au niveau logiciel, beaucoup énormément d'évolutions aussi bien au niveau code embarqué que Python qui seront l'occasion d'un prochain article qui devrait sortir très prochainement...

Si vous êtes intéressé par OpenAlarm, si vous avez des conseils, si vous voulez participer, venez en discuter sur IRC, canal #madeinfr sur irc.freenode.net, vous pouvez également suivre les évolutions sur Twitter @hugokernel, un forum OpenAlarm est également disponible chez Madeinfr et enfin, tout ceci est sur GitHub / hugokernel / OpenAlarm.

OpenAlarm Node 1.5.0

Format de la carte

Comme je l'évoquais dans un article précédent, Seeedstudio qui produit les pcb, m'a demandé un surplus de 17$ à cause des demi-trous en bordure de la carte, vu le cout total de production des PCB (9$ pour 10), ça fait une belle surprise et de toute façon, je n'étais pas convaincu de l'utilité / praticité de ces demi-trous, j'ai donc résolu le problème en augmentant quelque peu la largeur de la carte qui passe de 16mm à 19mm, rien de bien méchant et surtout un gain appréciable en terme de place disponible sur le PCB.

Améliorations par rapport à la version 1.0.0 :

  • L'ouverture du port USB à été agrandie car ça coinçait un peu sur la première version.
  • Certains composants ont été déplacés pour faciliter le montage
  • Les broches de programmation ont été agrandis (voir plus bas)

Comparatif visuel et à l'échelle entre un Funky v3, un OpenAlarm Node 1.0.0 et un OpenAlarm Node 1.5.0 :
Comparatif Funky v3, OpenAlarm Node 1.0.0 et OpenAlarm Node 1.5.0

Comme vous le voyez, nous sommes un poil plus gros que la version 1.0.0 mais ça reste très petit comme le prouve cette photo :
Un OpenAlarm Node 1.5.0 dans la main

Entrées / sorties

Avec la taille gagnée, j'en ai profité pour revoir le mappage des entrées / sorties, maintenant, elles sont placées dans l'ordre de chaque côté de la carte, toutes groupées par fonction.

On trouve dorénavant sur le côté gauche les 3 broches d'alimentations VIN (entrée de 3.3V à 7V), GND, VCC (entrée de 3V à 5V), 4 entrées / sorties génériques ayant chacune une interruption matérielle D0, D1, D2, D3.
Sur le côté droit, on trouve 2 entrées analogiques A0 et A1 et d'autres entrées / sorties génériques D6, D7, D8, D9 et D12 (D8 et D9 ayant également des interruptions matérielles).

Les entrées / sorties d'un OpenAlarm Node 1.5.0

Sur l'ancienne version des OpenAlarm Node et sur les Funky, il n'est pas possible d'utiliser le port physique I2C car la broche PD0 (SCL) est utilisé comme broche d'interruption pour dialoguer avec le module radio.
À cause d'un bug dans la librairie JeeNode de pilotage du module radio, il n'était pas possible d'utiliser une autre broche, le problème étant résolu, j'ai libéré PD0 afin de pouvoir utiliser le port I2C directement, et c'est PB7 (D11) qui est maintenant utilisé pour le dialogue avec le module radio.

Le PCB

Un des principes des OpenAlarm Node est de pouvoir utiliser des cartes filles que l'on vient superposer les unes sur les autres avec le même principe que les shields d'Arduino ou la spécification Hats pour les Raspberry.
Nous avons donc un PCB pour la carte mère et des PCB pour chaque carte fille mais comme évoqué précédemment, un critère important est le cout et faire fabriquer plusieurs PCB, c'est onéreux. La plus petite taille de PCB disponible chez Seeedstudio étant de 5cm x 5cm, il y a de la place perdue (le PCB de la carte mère fait 19mm x 21mm), j'ai donc ajouté 3 cartes filles directement sur le PCB original, il ne reste plus qu'à découper (un coup de cutter et on casse proprement l'époxy).

Pour le prix d'un PCB, on se retrouve avec 4 PCB dont 2 utilisables comme des platines d'essais et une autre intégrant un chargeur de batterie LiPo.
Le PCB de la version 1.5.0 d'OpenAlarm Node

Les cartes filles

Pour ce premier batch d'OpenAlarm Node 1.5.0, j'ai donc inclut directement 2 cartes filles d'essai et 1 autre carte fille d'essai avec un chargeur LiPo à base de Max1555 qui chargera automatiquement la batterie lorsque le Node sera branché sur USB, un voyant permettant de voir si la charge à bien lieu.

Un OpenAlarm Node avec une carte fille proto sur laquelle on aperçoit un capteur infrarouge :
Carte fille Lipo pour OpenAlarm Node

Un OpenAlarm Node avec une carte fille LiPo :
Carte fille proto pour OpenAlarm Node

Programmation

Programmation du bootloader

Comme évoqué plus haut, les contacts de programmation du bootloader étant un peu trop petit sur la première version, ils ont été agrandi afin d'en faciliter l'utilisation.

Pad de programmation d'un OpenAlarm Node 1.5.0

Sur la première version des OpenAlarm Node, je soudais directement des fils sur le port de programmation afin d'envoyer le bootloader, c'était long, source de problèmes mais surtout, franchement pas pratique, j'ai donc fabriqué un outils parfait pour cette tâche :

Que peut-on faire avec une pince à linge en Inox et des pogopins (des pointes de contacts) ?
pince-a-linge-inox.png pogopin.png

On fait une pince de programmation très pratique !
Pince de programmation DIY Pince de programmation DIY

Programmation par USB

Le bootloader n'a besoin d'être programmé qu'une seule fois, par la suite, le programme est chargé directement par USB, comme pour l'ancienne version du PCB, j'utilise un port USB un peu particulier puisque ce dernier est directement sur le PCB, je ne suis pas rentré en détail dessus dans mes derniers articles, voici quelques informations à ce sujet.

Pour commencer, pourquoi ne pas mettre un port physique microUSB ?

  • Ça prend de la place, c'est épais
  • Ce n'est pas forcément plus solide
  • C'est toujours ça de moins à souder
  • Ça coute moins cher
  • Parce qu'on peut le faire !

Pour cela, il faut que votre PCB fasse 0.8mm d'épaisseur au maximum, vous aurez également à limer chaque côté du bord d'insertion sinon, vous aurez de mauvaises surprises...
Limage du connecteur USB avant insertion OpenAlarm Node en cours de programmation usb_1.jpg

Je n'ai pas eu de souci avec ce genre de connecteur, sauf un limage un peu trop léger du PCB, qui, lors de l'insertion à plié les contacts internes du connecteurs de la prise USB et l'a donc rendu inutilisable mais le connecteur PCB n'a absolument rien eu : PCB=1 / USB=0 ;).
Je maltraite pas mal les connecteurs et aucun n'a rompu (alors que sur les Funky v3, j'ai un connecteur standard USB qui s'est arraché) et ne montre de signe de faiblesse donc je pense que c'est une solution parfaitement utilisable...

La suite

Au niveau logiciel, beaucoup énormément d'évolutions aussi bien au niveau code embarqué que Python qui seront l'occasion d'un prochain article qui devrait sortir très prochainement...

Si vous êtes intéressé par OpenAlarm, si vous avez des conseils, si vous voulez participer, venez en discuter sur IRC, canal #madeinfr sur irc.freenode.net, vous pouvez également suivre les évolutions sur Twitter @hugokernel, un forum OpenAlarm est également disponible chez Madeinfr et enfin, tout ceci est sur GitHub / hugokernel / OpenAlarm.

The USB interface is being increasingly used as a power supply and charging port for all kinds of devices, besides data transfer. A meter to measure the electrical parameters of devices connected to a USB socket or charger would be handy on any hacker workbench. The folks at [electro-labs] designed this simple USB power meter which does just that.

The device measures voltage and current and displays them, along with the calculated power, on the small 0.5″ OLED display. The circuit is built around an ATmega328. To keep the board size small, and reduce component count, the microcontroller is run off its internal 8MHz clock. A low-resistance shunt provides current sensing which is amplified by the LT6106 a high side current sense amplifier before being fed to the 10 bit analog port of the ATmega. A MCP1525 precision voltage reference provides 2.5V to the Analog reference pin of the microcontroller, resulting in a 2.44mV resolution. Voltage measurement is via a resistive divider that has a range of up to 6V. An Arduino sketch reads voltage and current data on the analog ports and displays measurements on the display. The measured data is averaged to filter out noise.

The OLED display has a SPI interface and requires the u8glib library. The project uses all SMD parts, but is fairly easy to assemble by hand and could be a nice starter project if you want to wet your feet on surface mount assembly techniques. It’s designed using SolaPCB EDA software, and the source files for schematic and board layout are available as a ZIP archive. Download the BoM and Arduino code and you have everything needed to build this nifty device.

Thanks to [Abdulgafur] for sending in this tip. And if you are looking for a more comprehensive solution, check the awesome Friedcircuits USB Tester which we reviewed earlier and is available in the Hackaday Store.


Filed under: Arduino Hacks
Lug
15

Using A TeensyLC To Emulate The XBOX 360 Controller

32-bit, 360, arduino, arduino hacks, ARM, fight stick, Programming, Teensy, teensyduino, teensylc, USB, xbox Commenti disabilitati su Using A TeensyLC To Emulate The XBOX 360 Controller 

After the release of Mortal Kombat X, [Zachery’s] gaming group wanted to branch out into the fighter genre. They quickly learned that in order to maximize their experience, they would need a better controller than a standard gamepad. A keyboard wasn’t going to cut it either. They wanted a fight stick. These are large controllers that look very much like arcade fighting controls and include a joystick and large buttons. [Zachery’s] group decided to build their own fight stick for use with a PC.

[Zachery] based his build around the TeensyLC, which is a 32 bit development board with an ARM processor. It’s also compatible with Arduino. The original version of his project setup the controller as a HID, essentially emulating a keyboard. This worked for a while until they ran into compatibility issues with some games. [Zachery] learned that his controller was compatible with DirectInput, which has been deprecated. The new thing is Xinput, and it was going to require more work.

Using Xinput meant that [Zachery] could no longer use the generic Microsoft HID driver. Rather than write his own drivers, he decided to emulate the XBOX 360 controller. When the fight stick is plugged into the computer, it shows up as an XBOX 360 controller and Windows easily installs the pre-built driver. To perform the emulation, [Zachery] first had to set the VID and PID of the device to be identical to the XBOX controller. This is what allows the Microsoft driver to recognize the device.

Next, the device descriptor and configuration descriptor had to be added to the Teensy’s firmware. The device descriptor includes information such as USB version, device class, protocol, etc. The configuration descriptor includes additional information about the device configuration. [Zachery] used Microsoft Message Analyzer to pull the configuration descriptor from a real XBOX 360 controller, then used the same data in his own custom controller.

[Zachery] programmed the TeensyLC using the Arduino IDE. He ran into some trouble here because the IDE did not include the correct device type for an Xinput device. [Zachery] had to edit the boards.txt file and add three lines of code in order to add a new hardware device to the IDE’s menu. Several other files also had to be modified to make sure the compiler knew what an Xinput device type was.  With all of that out of the way, [Zachery] was finally able to write the code for his controller.


Filed under: Arduino Hacks, ARM
Mag
06

A Tool For Spying On Serial Data

arduino, arduino hacks, com, eavesdrop, ESP8266, Microcontroller, microcontrollers, port, serial, snoop, terminal, USB Commenti disabilitati su A Tool For Spying On Serial Data 

[Piotr] was working on a recent Arduino project when he ran into a problem. He was having trouble getting his Arduino Pro Mini to communicate with an ESP8266 module. He needed a way to snoop on the back and forth serial communications. Since he didn’t have a specialized tool for this task, [Piotr] ended up building his own.

The setup is pretty simple. You start with a standard serial cable containing the TX, RX, DTR, and GND wires. This cable connects the Arduino to the ESP8266 WiFi module. The TX and RX lines are then tapped into. Each wire is routed to the RX pin of two different serial to USB adapters. This way, the data being sent from the Arduino shows up on one COM port and the data being transmitted from the module shows up on the other.

The next piece of the puzzle was coming up with a way to see the data more clearly. [Piotr] could have opened two serial terminals simultaneously, but this wasn’t ideal because it would be difficult to compare the timing of the data. Instead, [Piotr] spent less than an hour writing his own simple serial terminal. This one connects to two COM ports at the same time and prints the data on the same screen. The data from each COM port is displayed in a separate color to make it easy to differentiate. The schematic and source code to this project can be found on [Piotr’s] website.


Filed under: Arduino Hacks, Microcontrollers


  • Newsletter

    Sign up for the PlanetArduino Newsletter, which delivers the most popular articles via e-mail to your inbox every week. Just fill in the information below and submit.

  • Like Us on Facebook